Search
Generic filters
Exact matches only

INTERVIEW N°12 Une Femme Ada, CEO et cofondatrice d’une plateforme digitale

0
0
7 mois ago

Après une carrière remarquable dans le consulting en stratégie achats, SI ou encore le recrutement IT et cela auprès de grosse pointure tel que Danone ou Accenture, Raphaëlle décide de se lancer dans l’entrepreneuriat grâce au digital.

Helloada. Vous êtes Cofondatrice de la plateforme digitale Kokoroe, comment est né l’idée ? et que proposez vous ?

Raphaëlle. Kokoroe est né d’un constat simple : nous vivons un vrai big bang digital et de nombreux métiers et nouvelles innovations voient le jour. Dans ce contexte, il est devenu essentiel de se former toute ravie pour rester à la page et comprendre le monde qui se construit. Kokoroe joue justement ce rôle : il vous permet de rester à la page et de vous former aux compétences de demain. Celles-ci peuvent être humaines, business ou Tech. Nous avons lancé Kokoroe il y a maintenant 2 ans sur le marché du e-learning et nous formons aujourd’hui des particuliers, des entrepreneurs, des demandeurs d’emploi et des cadres d’entreprises comme Orange, Danone et Kering.

Helloada. Pourquoi avoir choisi une plateforme digitale?

Raphaëlle. C’était une évidence. Les outils digitaux sont omniprésents dans nos quotidiens, nous avons donc décidé de créer une plateforme de formation en ligne, inspirée des codes des plateformes de streaming comme Deezer et Netflix. Nos formations sont courtes, moins de 20 minutes et reprennent les codes des réseaux sociaux, bref, elles se consomment très bien entre deux réunions ou le matin dans les transports. C’est la souplesse qu’offre le digital !

Helloada. En tant que Femmes avez vous rencontrés des difficultés lors de la création de Kokoroe jusqu’à aujourd’hui?

Raphaëlle. Je n’ai pas créé Kokoroe seule, j’ai cofondé notre startup avec Elise, ma soeur jumelle, et Béatrice, notre amie d’enfance. Quand nous nous sommes lancées dans l’entrepreneuriat, les femmes étaient déjà rares dans la Tech. Et la situation n’a pas beaucoup évolué depuis. Bien sûr en matière de financement auprès de VC, les femmes sont confrontées à de puissants biais cognitifs. Mais être une femme constitue aussi un avantage : nous avons recruté très facilement, nous avons eu beaucoup de journalistes qui se sont intéressées à notre trajectoire atypiques, nous avons rencontré sur notre chemin beaucoup de femmes dirigeantes qui ont choisi de nous soutenir.. Bref, il n’y a pas que des désavantages !

Helloada. Quel est le background de chacune ?

Raphaëlle. Nous avons un passé très éloigné du monde de la Tech et nous venons de milieux plutôt conservateurs. Elise était avocate en cabinet, Béatrice était en banque et moi j’étais en conseil, bref, très loin de la Tech. Mais cet univers est très jeune et propice à l’auto-formation. Du moment que la motivation est au rendez-vous, tout est possible !

Helloada. Pour finir avez vous des conseils à donner aux femmes qui souhaitent entreprendre dans la Tech?

Raphaëlle. On ne le dit jamais assez mais le plus important, c’est l’exécution.

Je vois trop souvent des jeunes entrepreneuses qui restent concentrées sur la beauté d’une idée, passent des heures sur des business plans et mettent des mois avant de sortir un produit. En entrepreneuriat plus qu’ailleurs, il est essentiel de foncer, se lancer et tester très vite son idée. Je recommande une lecture clé d’ailleurs : Lean Startup d’Eric Ries, qui explique très concrètement comment adopter cette culture de l’exécution et de l’itération !

Helloada. Merci à Raphaëlle d’avoir accepté de répondre à l’interview et de nous avoir partagé ce beau conseil !

0

Laisser un commentaire